DJOLOF COLLECTIONS

bienvenue a tous

11 avril 2006

muñeca brava

loop21

La propriété des Di Carlos a été baptisée "Solitude", nom bien choisi, car c'est bien elle, la solitude, qui rôde derrière les portes, le long des interminables couloirs glacés, dans la salle à manger où dîne la famille, et surtout dans la chambre de la vielle Angelica, matriarche de la famille. Angelica ne sort presque plus de sa chambre, elle s'y morfond dans sa douleur depuis que Rosario enceinte fut chassée de la maison. Rosario était sa servante préférée, et Frederico, son fils, l'avait aimée le temps de l'engrosser, pour finalement épouser Luisa par intérêt. Le mariage de Frederico Di Carlos avec Luisa Rapallo ne reposait que sur deux motifs : pour Frederico, il s'agissait de preserver sa situation alors qu'il frôlait la faillite, et pour Luisa enceinte à l'époque, il était seulement question de protéger son honneur. Mais seulement quelques personnes partagent ce secret.

Frederico est devenuu un personnage aigri, désabusé, qui n'accorde aucune attention à sa femme Luisa, devenue dépressive et alcoolique. Tout en lui n'est qu'agressivité, y compris à l'égard d'Ivo, son fils. Ce dernier s'insurgera un jour : "
Mais enfin, Papa, qu'est-ce que je t'ai fait ?", ce à quoi Frederico lui répondra : "Tu es né".

A l'étage, vit également reclus Pablo, le fils de Damien Rappalo, frère de Luisa. L'un comme l'autre ont emménagé à la Résidence, après un terrible accident. Un soir, en rentrant d'un dîner, Damien conduisait la voiture, avec à ses côté son épouse, et à l'arrière, son fils Pablo et sa fiancée. Ils eurent un accident dont Damien sortit indemne, mais sa femme et la fiancée de Pablo décèdèrent tandis que ce dernier perdait l'usage de ses jambes. Depuis, Pablo refuse de quitter sa chambre et d'adresser la parole à son père.

A l'autre bout de la ville, dans un orphelinat religieux, a grandi la très belle Milagro ("
miracle", en espagnol). Née de parents inconnus, elle a été recueillie et élevée par les religieuses. C'est un véritable garçon manqué, et elle est passionnée de football. Le prêtre l'a surnommée "Cholo" en souvenir du grand footballeur argentin des années 80. Éternellement vêtue de sa casquette, elle ressemble à s'y méprendre à un garçon, et la méprise surviendra très vite. En effet, pour se faire de l'argent de poche, elle vend des boissons pendant les matches de foot. Et c'est à cette occasion que le riche Ivo Di Carlos va l'aborder en la prenant pour un garçon, puis comprenant son erreur après avoir reçu une gifle, va tenter de la séduire.

Un soir, Milagro, vêtue et coiffée par une amie de façon très féminine, fait le mur du couvent pour aller danser sous le nom de Cholito. Ivo la rencontre et, tombant follement amoureux de cette sublime apparition, n'aura de cesse que de la retrouver, sans se douter qu'il s'agit là de la même personne. Entre son désir pour Milagro et son amour pour Cholito, Ivo n'aura e cesse de la retrouver et nage en pleine confusion.

Quant à Milagro, bien qu'au fond follement amoureuse d'Ivo, elle n'ose croire à cet amour et s'en défend car, elle doute de la sincérité des sentiments d'Ivo le séducteur. Elle craint de trop souffrir davantage, elle qui n'a jamais connu l'amour et l'affection dont chacun est entouré. Un beau jour, Milagro atteint l'âge de quitter l'orphelinat. Le prêtre lui trouve un emploi de femme de chambre à la Résidence de la famille Di Carlos.
Milagrosy commence une nouvelle vie. Si sa franchise, sa sincérité, sa gaieté et sa spontanéité vont illuminer la Résidence, entre ceux qui la haïssent, ceux qui la méprisent, ceux qui la convoitent, elle n'y comptera pas que des amis, loin de là. Heureusement, la vielle Angelica se prend d'une grande affection pour elle et la protège.

L'histoire d'Ivo et Millie sera faite de passion, de déchirement, de conflits, de malentendus, de désespoir, de pleurs, mais aussi de tendresse, de rires et d'émotions. En bref, une histoire d'une rare intensité et incroyablement vibrante. Bien sûr, bientôt il sera révélé qu'Ivo n'est pas l'enfant de Frederico. Comme petit à petit Milagros apprendra qu'elle n'est pas orpheline et que son père est moins loin qu'elle ne peut l'imaginer. (www.natalie.canalblog.com)

Posté par facelamb à 22:44 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

    natalia oreiro

    muñeca brava

    Posté par paco, 13 avril 2006 à 21:03
  • referencement blog

    Vous voulez plus de visiteurs ? Plus de commentaire ? Plus de notoriete ?

    N'hésitez pas à tous venir referencer votre site sur http://referencement-blog.mylinea.com

    @ tres bientot sur http://referencement-blog.mylinea.com !

    Posté par referencement bl, 31 juillet 2006 à 01:57
  • mil tu es belle

    Posté par adja, 10 août 2006 à 03:05
  • t'es belle

    j'aime bien ton role et ta beaute.je suis une jeune beninoise et j'aimerais te rencontrer.

    merci

    Posté par faridath, 08 décembre 2006 à 14:49

Poster un commentaire